ADN partout 3/3 : lire l’ADN est une technique très générale, aux applications infinies donc inconnues

dilbert_kit

Pourquoi est-ce que la démocratisation et la distribution ubiquitaire potentielle du séquençage d’ADN doivent vous concerner davantage que, disons, des microscopes de poche ou des chromatographes moins chers ? C’est parce que l’ADN est une molécule qui code de l’information. Les types d’informations codés et les usages que l’on peut en faire sont donc extrêmement divers. Ils sont illustrés mais certainement pas listés de manière exhaustive dans le billet précédent. L’ADN est le support de l’information, et c’est à cette information que le séquençage nous donnes accès. Quelque part, c’est aussi général que « savoir lire » : on peut tout lire.

Cette généralité du code donne à la démocratisation potentielle du séquençage d’ADN le potentiel d’applications révolutionaires ou triviales, mais doit en tous cas être compris pour bien être préparé à ce qui arrive. L’ADN contient l’information de la généalogie et du groupe ethnique, des maladies génétiques et des variations normales, des microbes que l’on porte et de ce que l’on a mangé.

Pour être clair : je ne suis pas contre le séquençage d’ADN, j’en fais moi-même  ;). Mais il me semble que nos sociétés avancent vers un avenir proche où le pouvoir de cette approche sera libéré, sans être prêtes du tout. Il y a ceux qui ont peur de tout, et ceux qui n’ont peur de rien. Comment faire pour avoir un débat pertinent et qui ne soit pas trop tard ?

9 réponses à “ADN partout 3/3 : lire l’ADN est une technique très générale, aux applications infinies donc inconnues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.