Réflexions personnelles sur les blogs, la science, le journalisme, le sens de la vie, tout ça

cliquez sur l'image (très drole si vous lisez l'anglais)

cliquez sur l’image (très drole si vous lisez l’anglais)

Ces derniers mois mon activité de blog a été assez irrégulière, et marquée par des essais nouveaux et des périodes d’arrêt. Voici un rapide retour sur ces derniers mois, et mes réflexions sur l’activité de blog de science en français.

En octobre, j’ai tenté avec des collègues un exercice de dialogues entre scientifiques sur le thème très sensible des OGM. J’ai trouvé l’exercice très intéressant, mais il n’a eu finalement qu’assez peu d’écho malgré les nombreux commentaires (bilan ici, avec liens vers les dialogues). Notamment, aucun écho dans d’autres médias, sauf des tweets et commentaires de Pascal Lapointe de l’Agence Science Presse (Canada), toujours très présent et très interactif sur les médias sociaux.

En novembre, je me suis étonné que la « sélection de la semaine » du blog Passeur de sciences de Piere Barthélémy au Monde ne couvre aucun des sujets ayant agité la semaine très riche en évènements dans la communauté scientifique, notamment francophone. Je dois avouer ne pas avoir trouvé la réponse très constructive, et d’autres blogueurs scientifiques ont partagé ma réaction sur Twitter.

En janvier, j’ai tenté l’expérience d’un AMA (ask me anything) sur Reddit, sur les OGM. Expérience très amusante et intéressante.

En février, j’ai démarré un nouveau blog sur le site du magazine suisse L’Hebdo. Le magazine m’a ouvert ce blog en avril 2014. Par rapport à la discussion début 2014 sur les blogs de science, notamment sur la politique du Monde, L’Hebdo m’a donné d’excellentes conditions : pas de nombre ni de fréquence de billets minimum ou maximum, thèmes et ton libres. Pendant longtemps j’ai cru pouvoir démarrer un blog sans arrêter l’autre, puis comme j’ai vu que j’y arrivais pas, j’ai décidé d’essayer de passer à 100% sur L’Hebdo quelques temps. Bilan ? J’aimerais penser que j’ai un lectorat différent, mais je n’ai pas accès aux statistiques, et j’ai très peu de commentaires. Ce qui est moyen motivant finalement. Je pense garder ce blog-là actif, mais épisodiquement, pour par exemple répondre dès que j’aurais le temps au Nième épisode de mon dialogue infructueux avec Martial des Verts vaudois.

De plus, entre temps j’ai eu plusieurs discussions où j’ai appris que de plus en plus de gens considéraient le cafe-sciences comme un site de référence ; j’ai aussi vu que d’anciens billets à moi étaient cités dans des discussions en ligne des mois ou des années plus tard. Bref, j’ai l’impression que l’activité de blog telle que je l’ai développée ici est utile, et elle est certainement amusante.

Donc conclusion d’une première réflexion, sur l’articulation entre journalisme et blog de scientifique.Je ne vais pas faire davantage d’efforts pour aller vers les médias, et ne pas me prendre la tête sur le point de vue des journalistes. En tant que scientifique, je blogue, c’est disponible et trouvable pour qui cherche.

L’autre réflexion qui m’a retardé parfois dans mon activité de blog, c’est les OGM. J’ai beaucoup blogué là-dessus, et beaucoup sur plein d’autres sujets. Mais j’ai eu parfois le sentiment d’être catalogué comme « blogueur pro-OGM », et ça m’a bêtement géné. Je ne suis même pas généticien des plantes. D’un autre coté, l’actualité à l’interface sciences et société concerne souvent les OGM. Alors je me suis parfois retenu de bloguer pour ne pas bloguer trop sur les OGM. A la réflexion, c’est dommage. Il manque je trouve de voix scientifiques dans cette discussion. La discussion Reddit, ou les réactions au billet kidiscience sur les OGM m’ont fait réaliser que je suis content d’avoir écrit les billets que j’ai écrit. Et que doit m’importer l’image que cela peut donner de moi ? Donc s’il y a une actualité OGM, je la traiterais, ou s’il y a quelque chose que j’ai envie de dire. Et je ne ferais pas attention à la fréquence du sujet.

Un dernier point que la discussion sur les OGM a mis en avant pour moi est le rôle de l’anonymat ou de son absence. Je ne pourrais pas écrire comme je le fais si on ne savais pas qui j’étais, si on pouvais soupçonner à tout moment quelque intention ou agenda caché (voir les « révélations » bizarres sur Mediapart – pas de lien parce qu’à l’heure où j’écris soit ça n’est plus en ligne soit je n’y ai plus accès). Et c’est vrai au-delà des OGM. Je suis clair sur mes compétences et limites, mes intérêts, mes biais, et j’écris et je réponds en mon nom propre. Ceci n’est pas un conseil ou une critique pour les autres blogueurs, qui ont d’autres intentions ou d’autres contraintes, mais pour moi d’utiliser mon vrai nom est une liberté.

Conclusion de tout ça : je reviens. 🙂

6 réponses à “Réflexions personnelles sur les blogs, la science, le journalisme, le sens de la vie, tout ça

  1. Ping : Ciel ! On critique un article scientifique sur Twitter ! | Tout se passe comme si

  2. Ping : Réflexions personnelles sur les blogs, l...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.