Sans blogs, les erreurs dans les articles scientifiques restent masquées très longtemps

error

cliquez sur l’image

Une petite suite à mon billet récent sur les critiques Twitter d’un article prestigieux. Aujourd’hui Lior Pachter (dont on a déjà parlé sur ce blog : les méthodes comptent, rififi chez les bioinformaticiens, écrire un mauvais article) a publié un nouveau billet. Dedans, il part d’un article publié récemment en preprint (version publique non encore publiée officiellement, voir ici), pour critiquer un article de 2004, de Kellis et al dans Nature (depuis Manolis Kellis est devenu un des poids lourds de la génomique). Dans Kellis et al 2004, les auteurs donnent une proportion de 95% de gènes dupliqués où seul l’un des deux évolue rapidement, et disent que c’est frappant (« striking ») et que ça soutient une hypothèse classique d’évolution des gènes dupliqués.

Lior met au défi ses lecteurs de déterminer la probabilité d’observer ce résultat : est-ce réellement frappant, ou au contraire attendu même si l’hypothèse est fausse ?

Et ce qui me frappe, moi, c’est un commentaire où Lior publie un email qu’il vient de recevoir. Un collègue anonyme lui envoie la lettre qu’il avait écrite au journal Nature à l’époque, en 2004. Laquelle lettre détaille le calcul de la probabilié associée, et montre que loin d’être frappant, le résultat invalide même légèrement l’hypothèse classique. Lettre que Nature a refusé de publier. Donc que personne n’a vu entre 2004 et 2015.

Pourquoi est-ce que ça me frappe ? Parce que ça montre une fois de plus qu’en l’absence de la communication scientifique informelle par les blogs et Twitter, le système a été vérouillé par quelques-uns, qui n’ont pas permis à la discussion scientifique d’avancer comme elle le devrait. Cette discussion ouverte, à laquelle participe également la publication open access / libre accès, est essentielle. Nous vivons une révolution pacifique et très positive, et il faut en être conscient et la soutenir.

Mise à jour : grosse discussion générée sur Twitter, avec intervention de l’excellent Alan Drummond entre autres (cliquez sur le Tweet pour voir les réponses). Et vive les médias sociaux en science.

 

6 réponses à “Sans blogs, les erreurs dans les articles scientifiques restent masquées très longtemps

  1. Ping : Sans blogs, les erreurs dans les articles scien...

  2. Ping : Sans blogs, les erreurs dans les articles scien...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.