Discussion #FacebookExperiment, la suite

Cliquez sur l'image pour un quizz : how addicted to Facebook are you?

Cliquez sur l’image pour un quizz : how addicted to Facebook are you?

Suite à la découverte par internet le week-end dernier que Facebook avait publié une étude manipulant leurs utilisateurs, il y a eu beaucoup de discussions, et les débats reviennent pour l’essentiel à deux positions :

  • c’est inacceptable de manipuler les gens, et l’acceptation des conditions générales d’utilisation ne vaut pas consentement ;
  • pourquoi en faire toute une histoire ? de toutes façons la publicité, Google, et l’usage habituel de Facebook, nous manipulent bien plus tout le temps, et rien de plus grave que ça n’a été fait.

Voir par exemple (en français) le forum linuxfr ou la position de l’Agence Science Presse, ou (en anglais) le forum Slashdot.

Le commentaire de Pascal Lapointe (de l’ASP) sur le billet précédent apporte un éclairage intéressant : il distingue l’obligation absolue de consentement éclairé, d’une obligation peut-être moins évidente en sciences sociales. Mais il se trouve que le blog Pharyngula cite les principes de l’association américaine de psychologie, qui dit clairement que le consentement éclairé est nécessaire, dans des termes aisément compréhensibles.

De plus, les auteurs de l’étude en sont conscients, puisque premièrement ils disent qu’ils ont ce fameux consentement dans l’article, et deuxièment, et très grave, ils ont rajouté la mention d’études scientifiques dans les termes d’usage de Facebook… après l’étude ! (via The Guardian.) L’article lié note aussi que des mineurs ont pu participer à l’étude, ce qui est normalement très très encadré.

Ca me semble vraiment un aspect très grave de cette affaire. Ils savaient que le consentement éclairé était nécessaire, et ils ne l’ont pas fait. A mon sens, ceci devrait conduire à la rétraction de l’article dans PNAS.

Concernant l’argument « mais on se fait manipuler tout le temps ». On est sensé en être informé. La publicité est séparée de l’information, et marquée en tant que telle. Il est malhonnête, et dangereux, de présenter de la publicité comme de l’information. Or ici Facebook n’a pas « manipulé » les gens sensu publicité, ils ont modifié les nouvelles que des personnes recevaient d’autres personnes, à leur insu, et à des fins d’observer leurs réactions. C’est très différent de la publicité, y compris celle sur Google et Facebook. (Et si vous voulez dire qu’en général Facebook est dangereux… bien d’accord, je n’y suis pas.)

Je remarque cet argument surtout de la part de geeks / informaticiens qui connaissent bien le monde des géants de l’internet, et nettement moins le monde aux règles stringentes de la recherche. Ces règles ont des raisons historiques : il y a eu des abus, et on veut les éviter. C’est pas parce que le web est jeune qu’il peut ignorer cette histoire.

Un excellent article dans le New York Times fait remarquer un autre point : parmi les 700’000 personnes manipulées à leur insu, on n’a aucun moyen de savoir combien étaient dépressives ou suicidaires (et voir ci-dessus sur la possibilité que des adolescents aient participé). Lorsqu’il y a un consentement éclairé et un dispositif expérimental standard, les personnes à risque sont écartées de l’étude. Il peut y avoir des personnes suicidées ou internées suite à cette étude, comment le saurions-nous ? Les 700’000 n’ont toujours pas été informées qu’elles aient participé.

Pour finir sur une note plus légère, j’ai redécouvert via linuxfr un site qui présente les conditions d’utilisation de différents services internet sous forme aisément compréhensibles : cliquez sur l’image ci-dessous. Un excellent service !

facebook_tosdr

Mise à jour importante : le journal PNAS a ouvert les commentaires (via Pascal Lappointe). L’étude et son éthique sont défendues par l’auteur sénior de l’étude mentionnée dans mon précédent billet, qui a manipulé la mobilisation politique des gens durant une élection. Les autres intervenants ne sont pas d’accord avec lui. Moi non plus, pour les raisons expliquées ci-dessus.

9 réponses à “Discussion #FacebookExperiment, la suite

  1. Ping : Discussion #FacebookExperiment, la suite | Dr. ...

  2. Ping : Discussion #FacebookExperiment, la suite | C@f&...

  3. Ping : Vous utilisez Facebook, vous êtes donc volontaire pour être manipulé expérimentalement #FacebookExperiment | Tout se passe comme si

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.