Le saumon #OGM qui grandit très vite présente-t-il un risque pour l’environnement ?

cliquez sur l'image (dessin du Podcast science)

cliquez sur l’image (dessin du Podcast science)

Dans mon Podcast Science sur les OGM, j’ai mentionné le cas de saumons OGM grandissant plus vite en aquaculture. Suite à cela, un collègue m’a fait passer un papier de 2004, où les auteurs ont étudié le même type d’OGM que fait dans les saumons, mais dans une autre espèce de poisson, le medaka. Les mâles OGM plus gros ont un avantage de sélection sexuelle, donc ont davantage d’enfants que les plus petits, mais leurs enfants survivent moins bien. En introduisant ces paramètres dans un modèle mathématique de dynamique de populations, ils trouvent que grâce à l’avantage des mâles, le gène OGM envahit une population, mais qu’ensuite la population s’éteint à cause du désavantage qu’apporte ce gène sur la viabilité.

saumon de Wikipedia

medaka de Wikipedia

Ce papier est intéressant, et pose des questions importantes pour la manipulation de la croissance des poissons. Mais les conclusions dépendent de données expérimentales sur le medaka, qui n’est pas un saumon, au labo pas dans la nature, et de la modélisation utilisée. Du coup j’ai cherché à en savoir plus, et voici le résultat de cette recherche.

Dans un autre article, de 2007, on trouve qu’en conditions typiques d’aquaculture, les saumons OGM grandissent trois fois plus grands que les non OGM dans le même temps. Quand ces saumons géants sont mis en conditions simulant la nature, ils ont un impact prédateur très important. Par contre, quand ils sont élevés du départ en conditions simulant la nature, ils ne sont plus grands que de 20%.

Dans un article de 2010, trois types de saumons ont été mis en compétition pour la reproduction en milieu immitant la nature (courant d’eau, cailloux au fond) : des sauvages, des issus de ferme non OGM, et des issus de ferme OGM. Les “cultivés” non OGM ont des mâles plus petits, et n’ont produit que 11% à 14% des petits, en partant de 50-50 cultivés – sauvages. Quand on utilise des cultivés OGM, ils sont plus grands mais sont nuls en reproduction, et ne produisent que 2% à 6% des petits. Un autre article de 2011 observe des résultats similaires, mais conclut :

Although transgenic males displayed reduced breeding performance relative to nontransgenics, both male reproductive phenotypes demonstrated the ability to participate in natural spawning events and thus have the potential to contribute genes to subsequent generations.

Dans un article très intéressant de 2013, les auteurs montrent d’abord que le saumon OGM Salmo salar (saumon atlantique) peut s’hybrider avec l’espèce proche Salmo trutta (truite brune ; truites et saumons ne sont pas des groupes taxonomiques à proprement parler, mais on s’éloigne du sujet là). S’hybrider, cela veut dire en l’occurrence que ces deux espèces proches peuvent se reproduire et avoir des petits viables. Et surtout, ils comparent les hybrides avec les deux types parents, S. trutta sauvage et S. salar OGM. Déjà, surprise, l’hydride grandi plus vite que les deux autres types en conditions d’aquaculture. Et surtout, lorsqu’on mélange dans des conditions simulant la nature hybrides, S. salar OGM et S. salar sauvage, les hybrides ont un avantage sélectif net, baissant la croissance des deux autres types de 82% et 54%. Ceci implique que si des saumons OGM s’échappent dans la nature, et se reproduisent avec des saumons sauvages, c’est leur progéniture (les hybrides) qui risque de poser problème.

A noter qu’il y a une réponse publiée à cet article, qui fait notamment remarquer qu’ils ont élevé les saumons hybrides en conditions d’aquaculture, et non en conditions immitant la nature. Donc on ne sait pas comment les hybrides se débrouilleraient dans des conditions plus difficiles (par exemple nourriture limitée). A noter la déclaration de conflits d’intérêts de cette réponse, mais la remarque reste valide :

I was Vice President for External Affairs at Aqua Bounty Technologies from 2001 to 2008, where I had responsibility for preparing an environmental impact assessment of the commercial use of transgenic Atlantic salmon. I have no present or continuing affiliation with or financial interest in the company.

Par ailleurs, et comme me le faisait remarquer un collègue, aucune de ces études ne semble modéliser la survie à l’hiver, qui devrait logiquement pénaliser les saumons OGM à croissance rapide.

Alors que conclure de tout cela ?

A mon humble avis, il n’est pas démontré que le saumon OGM à croissance rapide (on peut imaginer d’autres saumons OGM qui auraient des propriétés complètement différentes, voir billet “les OGM n’existent pas”) présente un risque environnemental, mais ce risque reste possible, et en l’état des connaissances pas improbable. Donc je dirais que l’on est dans un cas où le principe de précaution peut s’appliquer de manière justifiée et rationnelle : ne pas cultiver ces saumons à grande échelle avant d’en savoir plus.

12 réponses à “Le saumon #OGM qui grandit très vite présente-t-il un risque pour l’environnement ?

  1. Ping : Les trucs de tonton scientifique pour avoir toujours raison : admettre quand on a tort | Tout se passe comme si

  2. Ping : Retranscription annotée de mon interview sur les #OGM par @podcastscience | Tout se passe comme si

  3. Ping : Le saumon #OGM qui grandit très vite pr&...

  4. Ping : Le saumon #OGM qui grandit très vite pr&...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.