C’est parti pour gacher de l’argent sur la réplication des expériences de #Seralini sur les #OGM

Cliquez sur l'image

Cliquez sur l’image

Et voilà ! Comme prévu, on va détourner de l’argent public de la recherche utile pour répliquer à grands frais l’étude bidon de Séralini et al. L’Union Européenne Framework Program, qui finance essentiellement de la recherche appliquée en réseau entre pays européens (et apparentés), vient de publier un appel d’offres de 3 millions d’euros pour

Two-year carcinogenicity rat feeding study with maize NK603“.

Notez comme c’est précis. Il ne s’agit pas d’étudier de manière générale l’impact de nouveaux produits alimentaires sur le long terme, ni de constuire de nouveaux protocoles de vérification des OGM, mais de reproduire l’étude précédente, on espère avec des contrôles adéquats et la publication des données.

Et qu’est-ce qui va se passer ?

Très probablement, on ne trouvera pas d’effet. Il n’y a aucune hypothèse mécaniste proposée pour qu’il y en ai un, et rien de semblable aux résultats de Séralini et al n’a été observé par ailleurs. Si c’est le cas (pas d’effet), les anti-OGM critiqueront l’étude comme biaisée, trouveront des liens entre les chercheurs et le concierge du frère d’un gars qui a vendu des pizza à Monsanto, et continueront leur chemin insouciant des faits et des données. En plus c’est financé par l’Union Européenne. S’il y a un point où les extrémistes de tout poil peuvent se retrouver, c’est que cette union est au coeur de tous les complots.

Vous croyez que j’exagère ? Kevin M. Folta, dont j’ai déjà parlé, a proposé de répliquer une étude bizarre sur les OGM à ses frais, à condition que les anti-OGM participent à la mise en place du plan expérimental et à sa réplication, pour que les résultats soient sans équivoque. Ils ont refusé. Comme Folta le relève, ils demandent des réplications indépendentes, mais c’est pure hypocrisie. Par “indépendent” ils entendent “par des militants anti-OGM sans supervision extérieure”. Comme le CRIIGEN de Séralini et Gouyon.

Et si l’étude trouve un effet ? Il faudra bien sur reconsidérer les autorisations concernant ce maïs OGM particulier, et poursuivre les études pour comprendre à quoi ces effets sont dus, comment les éviter à l’avenir, s’ils concernent aussi le bétail ou les humains, etc. Mais ça ne nous dira rien sur les effets éventuels d’autres OGM qui n’ont pas le gène de résistance au Roundup ni sur l’herbicide Roundup. En fait, si l’effet vient du Roundup ça ne nous dira rien sur aucun OGM. (Le Roundup c’est du Glyphosate qui n’est plus sous brevet et est utilisé par plein de paysans et de jardiniers en dehors des cultures OGM.)

Donc au final ces 3 millions d’euros n’éclaireront pas le débat sur les OGM, quelque soit le résultat. Mais de la clarté, qui en veut ?

Quatrième billet de ma semaine OGM. Tous les billets avec le tag OGM.

5 réponses à “C’est parti pour gacher de l’argent sur la réplication des expériences de #Seralini sur les #OGM

  1. Ping : Commentaires à chaud #17 | Les journalistes du Nouvel Obs à la rescousse du soldat Séralini! | Bloggo ergo cogito et sum

  2. Ping : C’est parti pour gacher de l’argent...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.