Amusons-nous avec l’évolution humaine et la pilule

time

Cliquez sur l’image, c’est pas le plus drole mais c’est très pertinent

Il y a quelques temps j’avais parlé d’articles sérieux sur l’évolution humaine présente, à savoir que nous sommes bien sur encore soumis à la sélection naturelle (voir aussi cet article en anglais dans Wired). (Voir aussi Deviendrons-nous débiles et La suite par Tom Roud.)

Pour s’amuser un peu, je propose de réfléchir à quelles autres pressions sélectives peuvent affecter les humains modernes, dans le contexte de la contraception hormonale.

D’abord il faut préciser un point important : la sélection naturelle, pour fonctionner, n’a pas besoin d’être aussi dramatique qu’on l’imagine souvent. Un avantage de 1% (donc 1,01 fois plus de chances d’avoir des descendants qui survivent et ont des descendants) est considéré énorme et généralement peu vraisemblable en contexte naturel. La plupart du temps quand on peut calculer un avantage sélectif on est dans le 1,001 fois plus de chances de reproduction et de survie, voire beaucoup moins. Et plus la population est grande, plus un avantage petit reste significatif. On ne peut pas dire que la population humaine diminue depuis quelques millénaires.

Alors d’abord la pilule marche pas de manière égale chez toutes les femmes. S’il y a un composant génétique à ce que la pilule marche mal chez certaines femmes, ces femmes auront un peu plus d’enfants en moyenne, et les gènes de « résistance » à la pilule vont se propager. Donc ma première prédiction est que la pilule sera de moins en moins efficace en moyenne au bout de quelques centaines de générations d’usage (on se revoit pour en parler, OK ?). Un genre d’analogue à la résistance aux antibiotiques…

Ensuite, une conséquence évidente de la contraception c’est qu’on peut choisir si on a un autre enfant après en avoir eu un premier. Or il y a des bébés et des enfants faciles, qui dorment tout de suite beaucoup, sont calmes, mangent ce qu’on leur donne, etc. Et y a les petits monstres qui ne dorment pas et dont il faut s’occuper tout le temps. Je ne serais pas très surpris si les parents d’enfants faciles avaient un petit plus tendance à avoir un deuxième, voire un troisième, enfant, et si les parents d’enfants difficiles avaient un petit plus tendance à s’arréter là parce que ça va bien. Donc ma deuxième prédiction : des enfants de plus en plus faciles, surtout en tant que bébés. On se réjouit de voir ça.

D’autres idées ?

13 réponses à “Amusons-nous avec l’évolution humaine et la pilule

  1. Ping : Actualités Articles - futur de l'homme et de l'humanité | Pearltrees

  2. Ping : Amusons-nous avec l’évolution humaine et la pilule | C@fé des Sciences | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.