Archives pour l'étiquette politique

Moi qui vous cause, je parle d’open access en vidéo

cc-by-ac-dc-men-s-t-shirtVendredi 11 novembre il y avait une conférence sur l’open access à l’Université de Genève, où l’on m’avait demandé de présenter « le point de vue du chercheur ». Après discussion avec les organisateurs, j’ai décidé de donner un point de vue assez subjectif, en insistant sur les méconceptions fréquentes sur l’open access, et sur les aspects pratiques et moraux pour les chercheurs.

Mon live-tweet de la conférence : hashtag #OAunige.

Ma présentation a été filmée, et la voilà :

En cliquant vous arriverez sur la page avec la vidéo, le embed fourni ne semble pas marcher

En cliquant vous arriverez sur la page avec la vidéo, le embed fourni ne semble pas marcher

Mes diapositives sur slideshare.

Si vous ne connaissez pas l’open access, j’ai écrit plusieurs fois dessus dans ce blog : mot clé politique de publication, et notamment ici une interview au magazine de mon université, et ici un article d’opinion dans Le Temps. En bref, open access c’est quand les articles écrits (gratuitement) par les chercheurs payés par les contribuables et donateurs sont disponibles gratuitement et réutilisables. Le contraire, « toll access » (expression que j’ai apprise pendant cette conférence et que j’ai bien aimé), c’est quand on donne l’entièreté des droits de vendre et contrôler notre labeur à des éditeurs, et qu’on doit payer des abonnements chers pour le lire.

(J’ai parfois écrit « libre accès », mais je vois que tous les francophones autour de moi utilisent « open access », dont acte.)

De nombreux malentendus sur l’open access semblent dus à ce que c’est un modèle relativement récent. Donc même si quelques journaux (comme Nucleic Acids Research) sont passé du toll access à l’open access, en général les journaux anciens sont en toll access, et les journaux en open access sont récents. D’où confusion avec d’autres caractéristiques corrélées à l’age des journaux : réputation, professionnalisme, etc. C’est un thème sur lequel je reviens plusieurs fois dans la conférence et dans la discussion suivante.

L’autre thème récurrent c’est que le choix de l’open access comprend des aspects pratiques, de coût, de visibilité, mais c’est aussi et surtout une question morale : tout le monde devrait avoir accès aux résultats de la recherche publique. Ce qui n’est pas sans lien avec mon billet d’hier sur les tribunes de chercheurs d’ailleurs.

 

Que reproche-t-on à la conseillère scientifique à la commission européenne ?

cliquez sur l'image

cliquez sur l’image

Alors, ça y est, le poste de conseiller scientifique à la commission européenne a été supprimé. A l’heure où j’écris, heureusement qu’il y a les les québecois de La Presse pour en parler en francophonie, parce que Pierre Barthélémy et Sylvestre Huet n’ont même pas jugé bon de retweeter une lien vers une info (l’article de Jean-François Cliche à La Presse montre aussi comment on peut intégrer Twitter et les blogs au journalisme scientifique, hum hum) [mises à jour : échange avec Pierre Barthélémy dans les commentaires de son blog ; échange Twitter s’en étant suivi ; Sylvestre Huet a retweeté et engagé le représentant de Libération à Brusselles, qui a dit qu’il suivait ; ça bouge]. Faut dire que la commission a joué fin en faisant ça au moment où tout le monde regardait l’arrivée de Philae sur la comète. Ce qui en soi tend à indiquer qu’ils ne sont pas particulièrement fiers de leur action.

J’ai déjà pas mal parlé de la campagne de différents groupes anti-OGM pour demander que ce poste soit supprimé (billet 1, billet 2). Demandons-nous ce que l’on reproche à Anne Glover (la conseillère sortante) ?

Officiellement, rien, on a supprimé le poste. Si vraiment on reprochait quelque chose à Anne Glover, on la remplacerait. Faut être clair, on supprime le poste de conseiller scientifique parce qu’on ne veut pas de conseil scientifique.

Dans la lettre d’août des organisations anti-OGM, sa prise de position sur les OGM était explicitement visée. En août, tout ce que j’avais trouvé de cité par ces mêmes organisations était qu’en septembre 2013 Anne Glover a cité avec approbation les conclusions d’un rapport établi par l’association regroupant toutes les académies des sciences européennes, lesquelles conclusions étaient que toute la litérature scientifique montre que les OGM ne sont pas particuliérement dangereux. J’ai mis du gras, parce qu’on trouve répété à l’envi l’affirmation selon laquelle le problème serait qu’Anne Glover aurait décidé toute seule que les OGM c’est cool. Non, cette affirmation est fausse.

Pour des avis divers sur les OGM, voir les dialogues que j’ai eu avec des collègues biologistes d’horizons divers, et les commentaires qu’ils ont généré (commencer ici et suivre les liens) ; aucun collègue n’affirme de risque particulier aux OGM, y compris ceux qui ne sont pas à l’aise avec la biotechnologie.

En lisant un article de la BBC sur la suppression du poste, je trouve qu’un an mois après ce rapport à-peu-près, Anne Glover a déclaré que s’opposer aux OGM en raison de risques supposés était « une forme de folie ». Ah c’est clair que ce n’était pas très politique comme déclaration, et elle se serait fait remonter les bretelles je n’aurais pas été surpris. On aurait même clarifié les règles de prise de parole de la conseillère, voire changé de conseillère, ça se serait compris. Mais cette prise de parole intempestive, ce qu’elle montre c’est que comme pas mal de scientifiques (mea culpa) elle trouve normal de dire les choses très franchement, ce que ne ferait pas un politicien. Elle ne montre pas qu’elle ait pris une décision pro-OGM toute seule, puisqu’on rappelle qu’il y a eu ce rapport des académies auparavant.

L’autre chose qu’on va beaucoup lui reprocher, notamment dans les colonnes du Monde grâce à Stéphane Foucart, c’est d’avoir retardé la prise de décision concernant les perturbateurs endocriniens. Alors d’abord il faut être clair : les perturbateurs endocriniens existent, ils sont graves, et je suis bien d’accord qu’il faut agir. Ensuite, d’après ce que je comprends, ce qu’Anne Glover a fait a été de prendre en compte plus qu’elle ne l’aurait mérité une lettre de spécialistes d’endocrinologie qui se sont révélés être en conflit d’intérêts. Stratégie typique de semer le doute, faire croire qu’il y a débat où il n’y en a pas, comme sur le climat, le tabac, l’aminate ou les OGM (sur les OGM, les semeurs de doute sont les anti, pour être clair – bien que Stéphane Foucart ait l’air de dire le contraire dans son livre que je n’ai pas lu [mise à jour : Stéphane Foucart m’a contacté, et m’a donné un extrait de son livre qui indique qu’il est d’accord que l’étude de Séralini et al est « semeuse de doute »]). Elle a probablement eu tort de prendre cette lettre aussi au sérieux, même si une conseillère scientifique reste dans son rôle en attirant l’attention sur un débat scientifique, même s’il n’est qu’apparent. Après tout, ce qui caractérise vraiment les pseudo-sciences du doute c’est de se répéter longtemps après qu’on ait montré qu’ils avaient tort. Mais certains cas de doute sont légitimes, et ils sont plus difficiles à distinguer les uns des autres quand ils sont neufs. D’après je comprends, il y a eu un débat organisé par Glover sur les perturbateurs endocriniens, dont les semeurs de doute sont sortis perdants. Si ensuite la commission européenne n’a rien fait, permettez moi de douter que ce soit grâce au pouvoir énorme du conseiller scientifique. Mais à nouveau, si c’est le problème, d’une part pourquoi ne pas changer de conseiller, et d’autre part pourquoi ceci n’est-il jamais mentionné dans la demande de suppression du poste qui a été faite en août (comme remarqué dans les commentaires de l’article de Foucart en septembre d’ailleurs).

Parenthèse : je suis choqué par les gens qui prétendent avoir débusqué un risque majeur pour la santé humaine, et quand on leur demande des détails, il faut regarder un documentaire « excellent » (aucun documentaire télévisé ne vaut un document écrit en ce qui me concerne ; où sont les références, les notes, les nuances ?) qui n’est pas visible hors de France, ou il faut lire des articles réservés abonnés. Visiblement, la santé humaine doit passer avant l’argent des industries mais passe après l’argent des journalistes. (Voir discussions sur la publication ouverte.) Tout ça pour dire que j’ai pas vu ce documentaire, pas lu cet article, et si vous avez des liens sérieux sur le rôle abominable d’Anne Glover, je suis preneur dans les commentaires.

En conclusion, je ne vois rien qui justifie de supprimer le poste de conseiller scientifique, sauf que certains veulent faire du lobbying sans interférence compétente, sans quelqu’un qui respecte les académies des sciences et la litérature scientifique davantage que les sondages. Si les problèmes dont on nous parle étaient la vraie cause, on aurait juste changé de personne et éclairci quelques règles.

Je maintiens ce que j’ai écrit en août : bas les masques, ceux qui ont réclamé ceci et ceux qui l’applaudissent sont anti-science.

Le scandale des abonnements de revues scientifiques éclate au grand jour

cliquez pour une explication video en anglais de l'open access

cliquez pour une explication video en anglais de l’open access

Comme disent les anglophones, the shit hit the fan : Rue89 révèle le montant exhorbitant et les conditions incroyables qu’Elsevier extorque au gouvernement français pour les abonnements.

Alors on rappelle que la publication libre accès (open access) existe depuis des années, marche, est socialement juste, et économiquement efficace. Et on rappelle, comme expliqué dans Rue89, que le système actuel est tout le contraire : un monopole, un marché opaque, la connaissance interdite à pratiquement tous ceux qui en ont besoin, les résultats de la recherche sous-utilisés parce que non utilisables.

Je n’ai pas le temps d’écrire un billet long maintenant, mais d’une part j’ai déjà écrit plusieurs billets sur le sujet :

Et d’autre part, ceci tombe justement après que j’ai lu une super interview de Anurag Acharya, co-créateur du super moteur de recherches Google Scholar (exemples d’utilisation pour la science citoyenne dans ce billet et celui-ci). Un point m’a frappé dans cette interview. Un reproche fréquemment fait à Google Scholar est l’absence d’accès programmatique (API), qui permettrait à des personnes hors Google d’utiliser les informations de manière systématique. Or ce que dit Acharya c’est que cette limitation est due aux contrats que Google a du signer avec les éditeurs scientifiques, comprendre Elsevier et compères : pour pouvoir lire les articles d’accès fermé automatiquement, Google a du s’engager à ne pas permettre à d’autres l’accès à cette information. Et voilà ! Le travail de centaines de milliers de chercheurs payés par les contribuables de tous les pays n’est pas étudiable parce qu’on a donné les clés à Elsevier etc. Si c’était tout publié open access, il n’y aurait aucun problème (j’ai d’ailleurs une collaboration où on fait exactement cela, voir ScienceWise).

J’ai tweetté cela, et même si ce n’est pas les dernières nouvelles de Justin Bieber, ça a été suffisamment retweeté pour montrer que j’avais touché une corde sensible :

La question est évidemment de savoir quelle sera la prochaine étape. Il faut aller vers une obligation de publier en open access, comme l’impose déjà le Welcome Trust, et à mon avis pour cela prendre sur les budgets des bibliothèques, en coupant des abonnements. Je suis un gentil garçon, mais parfois il me prends des envies de révolution

Détruire les essais Golden Rice #OGM c’est comme détruire un laboratoire médical ou un entrepot MSF

cliquez sur l'image

cliquez sur l’image

Vous avez probablement entendu que des personnes ont détruit des essais concernant le riz Golden Rice dont on a déjà beaucoup parlé ici (ce billet et celui-ci). Il y a un bon billet de Yann Kindo sur son blog concernant ce riz et cette destruction (c’est énervant qu’on puisse pas librement commenter sur Mediapart ; pourquoi tenir son blog là ?). Evidemment on lui reproche son ton strident ; c’est vrai quoi, faut être poli avec les pauvres gens qui détruisent la recherche visant à sauver des vies. Bref je ne vais pas discuter en détail à nouveau, mais juste revenir sur une analogie :

Dans mon premier billet sur le Golden Rice, j’ai fait une analogie avec le travail d’urgence de MSF, la Croix Rouge, etc. Ca ne résout pas les problèmes de fond, mais c’est très important. Il y a eu des gens pour reprendre cette analogie en disant que justement l’aide à Haïti avait plein de problèmes.

Alors poussons l’analogie : quel serait l’équivalent de détruire les essais Golden Rice aux Philippines, faits par un organisme public local à but non lucratif ?

Première analogie : l’industrie pharmacologique, comme l’industrie agronomique, fait parfois de vilaines choses. Donc haro sur toute recherche pharmacologique, qui est toute liée d’une manière ou d’une autre à l’industrie, c’est sur, et n’a pour vocation que de rendre les gens dépendants des médicaments, alors qu’ils n’ont qu’à avoir une saine ! Donc : détruisons les laboratoires publics faisant de la recherche sur des traitements dans les pays du Tiers Monde.

Deuxième analogie : MSF et la Croix Rouge ne sont pas tout roses non plus. Parfois y a des scandales dans l’humanitaire, n’ayons pas peur de le dire. Et puis en fournissant de l’aide, on entretient la dépendence de pays pauvres envers les pays industrialisés. Donc : détruisons les laboratoires de MSF, la Croix Rouge, et autres. Il faut surtout éviter qu’ils mettent en place des structures adaptées au terrain, qui ne serviront qu’à permettre le propagande de l’industrie pharma !

Au cas bien improbable où ces analogies ne vont auraient pas convaincu de l’utilité, voire la nécessité, de détruire la recherche publique locale concernant les problèmes de santé de pays pauvres, voici une pétition pour condamner ces destructions.

Voir aussi un bon billet sur un blog en anglais, dont je cite un excellent commentaire :

People riot over not being able to feed their kids, not over people trying to help.

Ce qui me met à l’esprit une dernière analogie. Il fut un temps où j’étais très actif dans le militantisme des droits de l’homme. Régulièrement il se trouvait des gens pour nous reprocher de nous occuper de problèmes lointains plutôt que des problèmes qu’eux trouvaient plus urgent locallement. Quand je leur posais la question, ces personnes n’étaient que rarement actives elles-mêmes (je n’écris pas « jamais » parce que je ne suis pas sur, mais je ne me rappelle pas d’un contre-exemple). Par contre on avait d’excellentes relations avec les militants qui eux s’occupaient des problèmes locaux (syndicalistes, aide alimentaire aux pauvres, aide aux sans abris, etc). Il me semble en lisant les commentaires sur le Golden Rice qu’on a à nouveau d’un coté des gens qui n’ont aucune solution mais sont très critiques de celle-ci, et d’un autre coté des gens comme Hellen Keller International ou les agronomes philippins qui eux cherchent des solutions, et sont ouverts à celle-ci si elle marche.

Choisi ton camp, camarade.

—-

Mise à jour : l’excellent FAQ en anglais de l’International Rice Research Institute aux Philippines.