Archives pour la catégorie brevets

Vent de folie dans les journaux scientifiques: 3- CRISPR/Cas édite l’histoire de la génomique

Allez, dernier billet dans la série (1- secte cladistes, 2- parasites de la recherche). A noter que le sujet cette fois a été couvert notemment par Le Monde (je profite de l’occasion pour saluer l’excellence du Monde sciences ces derniers temps – continuez !). Et je n’ai bêtement pas bien gardé tous les liens pertinents, donc il va manquer des trucs.

Or donc, CRISPR/Cas est la technique révolutionnaire qui permet d’éditer les génomes avec précision et puissance, facilement et pour pas cher. Et le 14 janvier, une somité de la génomique mondiale, Eric Lander, a publié :

The Heroes of CRISPR Cell 164: 18–28

Dans cet article, Eric Lander brosse l’histoire de la découverte de cette technique, en disant vouloir mettre en avant les personnes moins reconnues d’habitude. Mais, il y a quelques mais :

  • Mais parmi ces héros méconnus, que des chefs de labos, pas de doctorants ni de postdocs.
  • Mais parmi les héros très généralement connus, deux femmes, Emmanuelle Charpentier (française travaillant en Allemagne) et Jennifer Doudna (Berkeley, Californie), reçoivent nettement moins d’attention que les autres intervenants. C’est curieux, ces deux femmes sont généralement créditées de la découverte de CRISPR/Cas.
  • Mais par contre la troisième personne très connue pour CRISPR/Cas, Feng Zhang (Broad Institute, Massachusetts), a droit à un portrait étendu et flatteur.
  • Mais Eric Lander est directeur du Broad Institute, lequel est en procès avec Berkeley pour un brevet sur CRISPR/Cas, pour savoir qui de Doudna ou de Zhang a la priorité sur l’application aux cellules humaines.

Oups. Du coup, Twitter #LanderGate (depuis le Watergate, tous les scandales sont des truc-gate aux USA).

Commentaires acides de Doudna et Charpentier sur PubMed, la base de données de référence des articles en biologie et médecine (lien) disant que leur travail a été mal représenté et qu’elles n’ont pas été consultées. Plus surprenant, commentaires de George Church, qui travaille aussi au Broad avec Lander, et dit ne pas avoir été suffisamment consulté et qu’il y a de nombreuses erreurs (voir aussi ici). De nombreuses critiques notent que l’article ne signale pas le conflit d’intérêts de Lander, mais il s’avère qu’il l’a signalé au journal qui a décidé de ne pas l’afficher.

Grosse discussion sur le site PubPeer bien sûr, qui discute les articles scientifiques de manière anonyme.

Une analyse intéressante du point de la rédaction historique, qui montre bien comment Lander diminue les rôles de Doudna et Charpentier.

Deux réactions très fortes de chercheurs très connus en génomique (et tous deux connus pour leur peu d’empressement pour la diplomatie) : Michael Eisen écrit que Lander est un super-vilain fascinant, « an evil genius ». De manière intéressante, une de ses conclusions c’est qu’il ne devrait pas y avoir de brevet (à noter qu’il est à Berkeley comme Doudna), et je suis assez d’accord dans ce cas-ci. Un brevet ne fera que du tort, et n’a rien à voir dans ce cas avec l’objectif affiché d’encourager l’innovation. Eisen dit aussi (et en commentaire à Cell) qu’il est contre les prix qui mettent trop en avant un petit nombre de personnes, de manière toujours injuste. Lior Pachter insiste sur la manière dont Lander efface les postdocs et doctorants de l’histoire.

Tous deux, et de nombreux autres commentateurs, ironisent sur la carte accompagnant l’article, dans laquelle le monde se réduits aux USA et à l’Europe, et où le code couleur montre bien que la seule avancée déterminante a eu lieu à Boston, lieu du Broad Institute :

carte telle que publiée

carte telle que publiée

Exemple de tweet à ce propos :

 

Et lien rigolo tweeté suite à mon teaser plus tôt aujourd’hui :

Cet article a fait couler énormément d’encre électronique, et je n’ai pas le temps d’en faire le tour. Ceci clot donc pour le moment mon petit tour des délires des journaux scientifiques en ce début d’année 2016. 🙂

Titre piqué à cet excellent tweet d’Alexis Verger :

Brève sur l’édition de génomes 2 : quelques faits rapides

cliquez sur l'image pour lire (et une critique de cette BD ici)

cliquez sur l’image pour lire (et une critique de cette BD ici)

Un deuxième billet rapide après « Tout se qui est possible sera-t-il fait ?« , basé sur un article dans Nature que je viens de voir qui fait un tour succint de la question :

Genome editing: 7 facts about a revolutionary technology. What everyone should know about cut-and-paste genetics. Nature News

1. Jusqu’ici, une seule étude de l’édition de génome humain dans des cellules germinales (permettant potentiellement de développer un embryon) a été publiée dans un article scientifique :

Liang et al 2015 CRISPR/Cas9-mediated gene editing in human tripronuclear zygotes Protein & Cell 6: 363-372

Dans cet article, les embryons n’étaient pas viables, mais on a envie de dire « pas encore ».

2. Les législations sur la question sont très différentes selon les pays. Notamment Nature dit qu’ils n’y a que « des réglèments inapplicables » en Chine, Japon, Irelande et Inde ; et que de nombreux scientifiques demandent une législation internationale. Sur laquelle j’ai personnellement des doutes, alors qu’il y a encore des pays qui ne reconnaissent pas le copyright (voir Convention de Berne).

3. Avec CRISPR/Cas9, il est facile de modifier des génomes, et les « biohackers » plus ou moins amateurs s’y intéressent (article dans Nature d’août). Contrairement aux techniques précédentes de génétique moléculaire, et c’est ce qui fait une partie de son potentiel révolutionaire, cette technique n’est pas réservée à quelques laboratoires très équipés avec du personnel très bien formé.

Mise à jour : vu dans cette excellente interview de Doudna et Charpentier (voir point 7), la companie Addgene vend des kits de CRISPR/Cas9.

4. D’autres enzymes que Cas9 sont en train d’être découvertes, ce qui va encore faciliter les choses (techniquement) ou les compliquer (pour réguler).

5. Les expériences les plus avancées ont lieu chez des cochons : super-musclés, mini, ou sur-édités. Pourquoi les cochons ? Notamment dans l’espoir de construire des donneurs d’organes animaux humain-compatibles. En attendant, ils pensent vendre les mini cochons comme animaux domestiques.

6. Les grosses multinationales et les millardaires s’y intéressent : la Gates Foundation, Google ou DuPont investissent dans CRISPR/Cas9.

7. Il y a une guerre de brevets entre Jennifer Doudna (University of California, Berkeley) et Emmanuelle Charpentier (Max Planck Institute) d’un coté, généralement créditées de l’invention du système, et Feng Zhang de MIT & Harvard de l’autre, qui a fait marcher le système dans des cellules humaines.

Et puis un 8ème point qui n’était pas encore connu quand l’article de Nature a été publié : la conférence sur l’édition de génomes a conclu que « Gene-editing technology should not be used to modify human embryos that are intended for use in establishing a pregnancy » (Nature news) : l’édition de génomes ne devrait pas être utilisée pour modifier des embryons humains prévus pour être utilisés pour une grossesse. Mais des cellules humaines chez une personne (thérapie génique), oui, et des embryons humains à fins non reproductives apparemment oui aussi.

Discussion intéressante sur les brevets sur le vivant, même pas #OGM

cliquez sur l'image (rien à voir mais joli)

cliquez sur l’image (rien à voir mais joli)

Un billet hyper court pour signaler une excellente discussion sur le brevetage des plantes, avec l’exemple de poivrons pas OGM issus de croisements complexes, et qui sont brevetés par Syngenta (c’est vrai quoi, y a pas que Monsanto dans la vie). Ca date du début du mois, mais c’est toujours d’actualité :

http://avisdexperts.ch/videos/view/2284/2

Ceci renvoie bien entendu à la discussion avec Pierre-Henri Gouyon sur un billet précédent. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’OGM qu’on n’a pas de brevets, et au risque de me répéter on pourrait avoir des OGM non brevetés si on laissait et incitait les chercheurs académiques à les déveloper.

Infos complémentaires sur les brevets sur le vivant : « Problèmes engendrés par les brevets » à Sciences-Presse, « Brevets sur les plantes, avis de restriction » à Sciences2.