Thread: pour être scientifique un résultat doit être reproductible dans des conditions différentes, même si c’est Séralini sur les OGM

7 réponses à “Thread: pour être scientifique un résultat doit être reproductible dans des conditions différentes, même si c’est Séralini sur les OGM

  1. « Naufrage intellectuel », écriviez-vous ?

    Que penser de cette participation à un « congrès » qui se tiendra à Nairobi en juin 2019 à Nairobi pour vilipender les pesticides*

    * de synthèse

    (j’utilise ici la graphie de Générations Futures), avec les vedettes de la fake science ? Ignore-t-il que des cultures peuvent être entièrement ravagées par des bioagresseurs comme la légionnaire d’automne ? Ignore-t-il que les merveilleuses pyréthrines (qui ne sont donc pas de synthèse, et donc écologiquement corrects — ha, ha, ha) sont produits à partir de plantes protégées par des fongicides de synthèse ?

    Plus généralement, l’aveuglement idéologique est-il devenu total ?

    P.S. Parmi les sponsors, Swissaid… quelle honte…

  2. Etonné je suis, tu replonges dans les OGM ? Tu sais pourtant que c’est nocif… pour les blogs ! 🙂

    Fatigué ? Pas inspiré ? Ou envie de viser plus large, sur les protocoles et le principe même de la science ?

    Je ne sais pas vraiment ce que va valoir cette déclinaison twittesque du blog. Je viens d’aller voir sur Twitter, c’est pas brillant ce coup-ci. Vivement le coup-ça.

  3. « Naufrage intellectuel », écriviez-vous ?
    Que penser de cette participation à un « congrès » qui se tiendra à Nairobi en juin 2019 à Nairobi pour vilipender les pesticides*
    * de synthèse
    (j’utilise ici la graphie de Générations Futures), avec les vedettes de la fake science ? Ignore-t-il que des cultures peuvent être entièrement ravagées par des bioagresseurs comme la légionnaire d’automne ? Ignore-t-il que les merveilleuses pyréthrines (qui ne sont donc pas de synthèse, et donc écologiquement corrects — ha, ha, ha) sont produits à partir de plantes protégées par des fongicides de synthèse ?
    Plus généralement, l’aveuglement idéologique est-il devenu total ?
    P.S. Parmi les sponsors, Swissaid… quelle honte…

  4. Quand tu dis :
    – « ce qui caractérise un résultat scientifique, par rapport à une observation isolée par exemple, c’est sa généralité. »
    – « c’est général, c’est testable. C’est une observation scientifique. »
    Je trouve ça bien vrai, et d’ailleurs je m’accorde avec tout le billet.

    Mais du coup, sachant que les modèles climatologiques ne sont pas testables sur le réel puis qu’on a une seule planète et qu’on ne peut pas rejouer le climat ; doit-on en conclure les prédictions des climatologues sur le réchauffement n’est pas un « résultat scientifique » ? Et sachant qu’on constate effectivement que le climat se réchauffe mais que cela ne se produit que sur une planète à un moment donné et que ce n’est pas reproductible alors et bien faut-il dire que ce n’est pas une observation scientifique ?

    Attention m’sieurs-dames, je suis climato-confiant (càd je suis persuadé que ces rogntudju d’humains sont en train de griller la planète). Ma question ci-dessus est un exercice de cohérence scientifique.

    • Bonne question. Pour reprendre l’exemple que j’ai donné, Lausanne c’est aussi un seul endroit, on n’a pas des réplicats de Lausanne. Pourtant on peut mesurer la généralité de l’assertion « une couverture nuageuse plus importante en décembre qu’en juillet ».

      De même, on peut mesurer la relation entre CO2 (et autres gaz à effet de serre) sur la température de différentes manières, et à différentes échelles temporelles. On peut mesurer l’impact sur l’atmosphère, la glace, l’océan. On peut voir des effets cohérents sur la faune, la flore, le microbiome. Si le changement climatique était une hypothèse soutenue uniquement en mesurant la température d’une certaine manière à un certain endroit, on serait dans le cas Séralini, mais tous les tests sont cohérents.