L’hypocrisie du débat sur la vaccination obligatoire

Suite à la proposition de la ministre de la santé française de rendre davantage de vaccins obligatoires (Le Monde), le débat sur la vaccination obligatoire est reparti. Par exemple une tribune, à nouveau dans Le Monde :

« Au sujet des vaccins, l’obligation n’est pas la solution » par Luc Perino.

(On remarque à nouveau que les tribunes écrites par des chercheurs, médecins, etc, dans Le Monde sont systématiquement réservées aux abonnés. Pourquoi ne pas rendre ces tribunes accessibles, si pas du point du vue du Monde, de celui des auteurs ?)

Ce qui me frappe, c’est que l’on ne voit pas tant de débats « raisonnables » sur l’obligation de la ceinture de sécurité, de ne pas vendre de tabac et d’alcool aux mineurs, l’obligation d’indiquer des dates de péremption, etc. C’est seulement là où il y a un mouvement social anti mesure de sécurité,  qui se trouve être anti-scientifique, que l’on a ce type de débats. Alors lorsque l’on « pose juste la question », on ne soutient pas ces mouvements explicitement. Mais on leur donne une légitimité en tant que partenaire de débat raisonnable. Légitimité qu’ils n’ont pas plus que les créationistes ou les dénialistes du lien SIDA-HIV.

On pourra toujours discuter de la limite de ce qui est obligatoire ou simplement recommandé dans chaque société, et ces limites changent avec le temps et les moeurs. Mais les vaccins sauvent des vies et ont des effets secondaires négligeables, et si on est dans une société où les risques sont minimisés (à outrance parfois avec le principe de précaution qui reste pour des techniques pas si neuves) et la santé est vue comme une valeur cardinale, alors il n’y a aucune cohérence à ne pas rendre et garder les vaccins obligatoires.

Après avoir écrit ce billet, j’ai trouvé cette excellente tribune :

« 200 grands médecins s’engagent en faveur de la vaccination obligatoire » Le Parisien (et libre d’accès)

Sinon on va interdire le glyphosate parce que peut-être parfois ça donnerait des cancers, rendre obligatoire dans les cantines une alimentation bio sans bénéfice démontré, reconduire l’état d’urgence ad vitam aeternam, mais on va laisser des gens répandre des maladies dangereuses parce que la liberté est plus importante que la sécurité collective ?

Pour finir, si vous comprenez l’anglais, l’excellent comédien John Oliver sur les vaccins :

7 réponses à “L’hypocrisie du débat sur la vaccination obligatoire

  1. Nancy Bonmariage

    Non à plus de vaccins obligatoire !
    Non à la dictature vaccinale…
    2 ministres de la santé ancien salarié de labo, conflit d’intérêt ? Mais non…
    Pas ou peu de complications, où sont les preuves, les recherches !
    A la seule annonce de la possible augmentation vaccinale par la ministre de la santé et voilà que les labo du 440 qui montent en flèche… 😖

  2. Je trouve assez bon le parallèle avec la ceinture de sécurité, avec en plus le fait qu’une maladie non vaccinée peut se répandre à d’autres.

    Et il y a autre chose qui me gène : si l’argument de l’enrichissement des labo pharmaceutique était sincère alors cet argument ne servirait pas pour empêcher la vaccination obligatoire mais pour la mettre sous condition. Les critiques diraient : la vaccination obligatoire ok, mais à condition que ça n’enrichisse pas les labo (plein de solutions sont possibles pour cela).

    • « si l’argument de l’enrichissement des labo pharmaceutique était sincère » ? Si, en plus, il était pertinent…

      Les labos gagnent bien plus avec les médicaments… et les vaccins les privent de certains marchés pour les médicaments.

  3. Pour compléter l’info de qualité sur les vaccins, je recommande le n°319 (janv/mars 2017) de l’AFIS avec, en particulier, du Pharmachien dedans.

  4. « On remarque à nouveau que les tribunes écrites par des chercheurs, médecins, etc, dans Le Monde sont systématiquement réservées aux abonnés. »

    Dans ce cas précis, c’est plutôt une bonne chose… « On remarque à nouveau… » ? Je suis très critique envers ce Monde qui cultive ce qui me paraît être des déviances intellectuelles, morales, sociales… (dans un autre domaine, criant, c’est la chambre de résonance du véganisme et du spécisme). Je suis donc, possiblement, mauvais juge. Mais il me semble que les tribunes sont souvent fort contestables. « « Perturbateurs endocriniens : halte à la manipulation de la science » (le Monde du 29 novembre 2016) fut ainsi, à mon sens, ignoble… comme quoi on peut être des scientifiques, certains réputés, et écrire des c… Voir :

    http://seppi.over-blog.com/2016/12/perturbateurs-endocriniens-le-scandale-de-scientifiques-se-livrant-a-la-diffamation-collective.html

    Cette tribune sur le Monde était insidieuse. Ce qui est particulièrement pitoyable, c’est que, dans d’autres domaines, ce journal ne cesse de donner des leçons, en gros sur « sauver la planète ».

    Sauver la planète, oui… sauver des gens par la vaccination, ah non… la liberté et la responsabilité individuelle…

    Résultat, par exemple :

    https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/06/23/italie-un-enfant-de-6-ans-atteint-de-leucemie-meurt-des-complications-liees-la-rougeole_848687

    Mes articles :

    http://seppi.over-blog.com/2017/07/vaccinations-obligatoires-rhetorique-ensorceleuse-et-verites-martelees.html

    http://seppi.over-blog.com/2017/06/vaccinations-obligatoires-sante-publique-volonte-politique.html