Moi qui vous cause, je parle d’open access en vidéo

cc-by-ac-dc-men-s-t-shirtVendredi 11 novembre il y avait une conférence sur l’open access à l’Université de Genève, où l’on m’avait demandé de présenter « le point de vue du chercheur ». Après discussion avec les organisateurs, j’ai décidé de donner un point de vue assez subjectif, en insistant sur les méconceptions fréquentes sur l’open access, et sur les aspects pratiques et moraux pour les chercheurs.

Mon live-tweet de la conférence : hashtag #OAunige.

Ma présentation a été filmée, et la voilà :

En cliquant vous arriverez sur la page avec la vidéo, le embed fourni ne semble pas marcher

En cliquant vous arriverez sur la page avec la vidéo, le embed fourni ne semble pas marcher

Mes diapositives sur slideshare.

Si vous ne connaissez pas l’open access, j’ai écrit plusieurs fois dessus dans ce blog : mot clé politique de publication, et notamment ici une interview au magazine de mon université, et ici un article d’opinion dans Le Temps. En bref, open access c’est quand les articles écrits (gratuitement) par les chercheurs payés par les contribuables et donateurs sont disponibles gratuitement et réutilisables. Le contraire, « toll access » (expression que j’ai apprise pendant cette conférence et que j’ai bien aimé), c’est quand on donne l’entièreté des droits de vendre et contrôler notre labeur à des éditeurs, et qu’on doit payer des abonnements chers pour le lire.

(J’ai parfois écrit « libre accès », mais je vois que tous les francophones autour de moi utilisent « open access », dont acte.)

De nombreux malentendus sur l’open access semblent dus à ce que c’est un modèle relativement récent. Donc même si quelques journaux (comme Nucleic Acids Research) sont passé du toll access à l’open access, en général les journaux anciens sont en toll access, et les journaux en open access sont récents. D’où confusion avec d’autres caractéristiques corrélées à l’age des journaux : réputation, professionnalisme, etc. C’est un thème sur lequel je reviens plusieurs fois dans la conférence et dans la discussion suivante.

L’autre thème récurrent c’est que le choix de l’open access comprend des aspects pratiques, de coût, de visibilité, mais c’est aussi et surtout une question morale : tout le monde devrait avoir accès aux résultats de la recherche publique. Ce qui n’est pas sans lien avec mon billet d’hier sur les tribunes de chercheurs d’ailleurs.

 

Une réponse à “Moi qui vous cause, je parle d’open access en vidéo

  1. CQFD tout est dit 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *