Vent de folie dans les journaux scientifiques: 3- CRISPR/Cas édite l’histoire de la génomique

Allez, dernier billet dans la série (1- secte cladistes, 2- parasites de la recherche). A noter que le sujet cette fois a été couvert notemment par Le Monde (je profite de l’occasion pour saluer l’excellence du Monde sciences ces derniers temps – continuez !). Et je n’ai bêtement pas bien gardé tous les liens pertinents, donc il va manquer des trucs.

Or donc, CRISPR/Cas est la technique révolutionnaire qui permet d’éditer les génomes avec précision et puissance, facilement et pour pas cher. Et le 14 janvier, une somité de la génomique mondiale, Eric Lander, a publié :

The Heroes of CRISPR Cell 164: 18–28

Dans cet article, Eric Lander brosse l’histoire de la découverte de cette technique, en disant vouloir mettre en avant les personnes moins reconnues d’habitude. Mais, il y a quelques mais :

  • Mais parmi ces héros méconnus, que des chefs de labos, pas de doctorants ni de postdocs.
  • Mais parmi les héros très généralement connus, deux femmes, Emmanuelle Charpentier (française travaillant en Allemagne) et Jennifer Doudna (Berkeley, Californie), reçoivent nettement moins d’attention que les autres intervenants. C’est curieux, ces deux femmes sont généralement créditées de la découverte de CRISPR/Cas.
  • Mais par contre la troisième personne très connue pour CRISPR/Cas, Feng Zhang (Broad Institute, Massachusetts), a droit à un portrait étendu et flatteur.
  • Mais Eric Lander est directeur du Broad Institute, lequel est en procès avec Berkeley pour un brevet sur CRISPR/Cas, pour savoir qui de Doudna ou de Zhang a la priorité sur l’application aux cellules humaines.

Oups. Du coup, Twitter #LanderGate (depuis le Watergate, tous les scandales sont des truc-gate aux USA).

Commentaires acides de Doudna et Charpentier sur PubMed, la base de données de référence des articles en biologie et médecine (lien) disant que leur travail a été mal représenté et qu’elles n’ont pas été consultées. Plus surprenant, commentaires de George Church, qui travaille aussi au Broad avec Lander, et dit ne pas avoir été suffisamment consulté et qu’il y a de nombreuses erreurs (voir aussi ici). De nombreuses critiques notent que l’article ne signale pas le conflit d’intérêts de Lander, mais il s’avère qu’il l’a signalé au journal qui a décidé de ne pas l’afficher.

Grosse discussion sur le site PubPeer bien sûr, qui discute les articles scientifiques de manière anonyme.

Une analyse intéressante du point de la rédaction historique, qui montre bien comment Lander diminue les rôles de Doudna et Charpentier.

Deux réactions très fortes de chercheurs très connus en génomique (et tous deux connus pour leur peu d’empressement pour la diplomatie) : Michael Eisen écrit que Lander est un super-vilain fascinant, « an evil genius ». De manière intéressante, une de ses conclusions c’est qu’il ne devrait pas y avoir de brevet (à noter qu’il est à Berkeley comme Doudna), et je suis assez d’accord dans ce cas-ci. Un brevet ne fera que du tort, et n’a rien à voir dans ce cas avec l’objectif affiché d’encourager l’innovation. Eisen dit aussi (et en commentaire à Cell) qu’il est contre les prix qui mettent trop en avant un petit nombre de personnes, de manière toujours injuste. Lior Pachter insiste sur la manière dont Lander efface les postdocs et doctorants de l’histoire.

Tous deux, et de nombreux autres commentateurs, ironisent sur la carte accompagnant l’article, dans laquelle le monde se réduits aux USA et à l’Europe, et où le code couleur montre bien que la seule avancée déterminante a eu lieu à Boston, lieu du Broad Institute :

carte telle que publiée

carte telle que publiée

Exemple de tweet à ce propos :

 

Et lien rigolo tweeté suite à mon teaser plus tôt aujourd’hui :

Cet article a fait couler énormément d’encre électronique, et je n’ai pas le temps d’en faire le tour. Ceci clot donc pour le moment mon petit tour des délires des journaux scientifiques en ce début d’année 2016. :-)

Titre piqué à cet excellent tweet d’Alexis Verger :

2 réponses à “Vent de folie dans les journaux scientifiques: 3- CRISPR/Cas édite l’histoire de la génomique

  1. Super post, tu as parfaitement résumé l’affaire.

    C’est bien triste d’ailleurs car l’idée de départ de mettre en avant toute l’histoire de CRISPR et ses héros méconnus que sont Mojica, Koonin, Moineau, Barrangou, Horvath etc… était très bonne. La 1ère partie de l’article de Lander est vraiment très bien. Mais c’est vraiment dommageable en effet que les post-doc et les étudiants soient oubliés et que Lander minimise Doudna et Charpentier pour mettre en lumière Zhang.

    L’hsitoire CRISPR est pourtant remarquable mais le manque d’objectivité de Lander sur la fin fait oublier tout le reste.

    – c’est une formidable vitrine pour la recherche fondamentale qui permet d’alimenter la recherche dite appliquée. Qui trouvait intéressante l’étude de séquences d’ADN bizarre chez les bactéries en 2000 ? certainement pas grand monde. Quelle agence de financement aurait pris ce risque ?

    – toute recherche s’appuie et s’inspire de milliers de travaux qui peuvent paraitre insignifiants mais qui mis bout à bout aboutissent à THE idée. Personne ne fait tout tout seul aujourd’hui.

  2. Je suis d’accord que le brevet est en trop. Pratiquement jamais – En Recherche – on brevetait les innovations. C’était avant. Mais ça aurait du continuer comme ça. La chaine de « Contributeurs » est trop longue pour qu’un brevet soit juste.