Sexe et genre des animaux de dessins animés

cliquez sur l'image

cliquez sur l’image

Malgré les efforts récents pour mettre enfin des héroïnes qui n’attendent pas juste leur prince charmant dans les films pour enfants, les dessins animés se trimballent un lourd bagage de héros masculins. Ce qui est rigolo, et me permet de faire le lien avec la biologie, c’est que c’est le cas même quand ils utilisent des animaux qui devraient être féminins… ou plus si affinité.

L’exemple le plus ridicule est surement la vache masculine de « La ferme en folie« , complète avec des pis :

Otis, « vache masculine » (?) de Barnyard / La ferme en folie

Oui parce qu’un film dont les héros sont des vaches ne pouvait pas avoir d’héroïne manifestement. (J’en profite pour saluer l’excellente BD Pi – La Vache, où l’héroïne est clairement femelle et dépote [pas de page Wikipedia ? c’est une honte].)

A peine moins ridicule, les deux gros succès sur les fourmis : fourmiZ et 1001 pattes, ont tous deux des héros masculins, les rôles féminins étant réservés aux reines et princesses bien caricaturales. Alors que c’est tout le contraire, toutes les fourmis sont des femelles, sauf les mâles reproducteurs qu’on pourrait qualifier d’éphémères princes consorts.

Ce qui caractérise tous ces films, c’est qu’alors que pour une fois il y a l’occasion de respecter la vérité en mettant des personnages féminins forts, l’occasion est ratée. Avec les fourmis on avait une super opportunité de guerrières réalistes.

Tout ceci pour nous amener à l’exemple le plus rigolo, qui m’a été rappelé par un billet récent de Dan Graur : Nemo, le poisson clown.

Chez les poissons clowns, une femelle dominante (Coral la maman de Nemo) se reproduit avec un mâle dominant (Marlin le papa de Nemo), plus petit que la femelle. Vivent près d’eux plusieurs jeunes mâles dominés (Nemo !). Quand la femelle meurt, le mâle dominant grossit et devient femelle, et les jeunes mâles se battent, le vainqueur devenant nouveau mâle dominant (aussi expliqué ici). Donc normalement dans Nemo, notre héros aurait du devenir le mari de Marlin devenue Marline. Curieusement, cette version n’a pas été retenue par Pixar / Disney.

Parlant de genres pas reconnus par la Manif contre certains, dans le film relativement récent Turbo, les escargots sont pour la plupart clairement mâles, dont (vous vous en doutiez) le héros (en fait, tous les escargots sauf une – principe de la Schtroumpfette [aussi ici]). Le copain du héros est vexé parce que plusieurs fois on le prend pour une fille, et insiste qu’il est un garçon. Ha ha très drôle, parce que la plupart des escargots sont hermaphrodites, c’est-à-dire qu’ilelles sont à la fois mâles et femelles. D’ailleurs certains peuvent même se reproduire tout seuls. Alors y en a des avec mâles et femelles, mais l’espèce (invasive de France) la plus courante en Californie oùsqu’ils font les films est bien hermaphrodite. C’eut été une occasion amusante de présenter le trans-genre aux enfants, non ?

En ce qui concerne le genre correct des voitures de Cars, je donne ma langue au chat.

Mise à jour : Interpellation pertinente sur Twitter :

Bonne remarque. Les thématiques trans-genre et plus généralement LGBT sont complexes, et je ne prétend pas être spécialiste. Il me semblait que des animaux hermaphrodites permettraient de discuter avec des enfants de l’obligation de se classer en fonction du sexe, et de l’existence « naturelle » de ces catégories selon les contextes (les poissons clown aussi sont pas mal pour ça…). Mais je suis ouvert aux suggestions.

En fait ce billet se veut assez léger, juste faire remarquer que les biais sexistes sont tellement forts qu’ils l’emportent sur le réalisme biologique le plus élémentaire.

Deuxième mise à jour : découvert via le forum lecinemaestpolitique.fr (oui tout existe sur internet, et oui je le vois quand vous faites un lien vers chez moi – ricanement horrible) : un film d’abeilles un peu comme les fourmis ci-dessus, plein d’abeilles mâles ouvriers et à dart. Maya, reviens, ils sont devenus fous !

Troisième mise à jour : ce billet a été repris sur Chercheurs d’actu de L’Express (commentaires pas impressionants à l’heure où j’écris).

6 réponses à “Sexe et genre des animaux de dessins animés

  1. « présenter le trans-genre aux enfants, non ? »

    oui, faire penser que tout ceci est normal ! normal …

    • @koko : Parce que ça l’est et le présenter comme quelque chose de normal (surtout auprès d’enfants) ne ferait qu’améliorer, voir sauver des vies, que vous soyez transgenre ou non, ne vous en déplaise, alors s’il-vous-plait évitez de parler d’un sujet dont vous ne savez manifestement strictement rien merci beaucoup. Je serais ravi de répondre à vos question.

      Sinon je suis d’accord que l’association transidentité/hermaphrodisme (dans le cas d’animaux) devrait vraiment être enlevé, être trans c’est d’être d’un autre genre que celui qu’on nous a assigné à la naissance, rien à voir avec le fait d’être intersexe (chez les humains), faire le parallèle entre les deux est assez dangereux, voir transphobe. On peux par contre s’en servir pour déconstruire l’idée que sexe = genre (assez présente dans votre article, ce qui est dommage…) et la notion de binarité sexuelle, puisqu’il existe plus de deux sexe, différentes combinaison de chromosomes en dehors de XX ou XY, etc..

  2. Ping : Sexe et genre des animaux de dessins anim&eacut...

  3. « Quand la femelle meurt, le mâle dominant grossit et devient femelle, et les jeunes mâles se battent, le vainqueur devenant nouveau mâle dominant […] Curieusement, cette version n’a pas été retenue par Pixar / Disney. »

    Il y a, à mon avis, une explication supplémentaire a pourquoi Disney n’a pas montré cela. C’est une entreprise américaine qui ne peut se permettre de se mettre à dos les lobbys chrétiens intégristes avec un poisson qui change de genre/sexe.

    Mais cela ne justifie pas pour autant le choix de faire mourir la mère plutôt que le père.

  4. Ping : Les liens de la semaine (6 juillet 2014) | Fille d'album

  5. Il y a aussi un vrai problème pour les documentaires animaliers où il y a beaucoup d’ethnocentrisme, par exemple les lions vivent dans des sociétés matrilinéaires où les lionnes transmettent leurs territoires à leurs filles et où elles se battent plus que les lions pour le défendre, mais tout le monde a l’image du lion roi de la savanne qui possède et défend son territoire alors que ce n’est qu’un reproducteur de passage qui doit montrer ses capacités aux lionnes par rapport aux autres mâles (et les premiers à s’enfuir en cas d’attaque inégale).
    Quand on montre les petits des autres espèces, pareil on va mettre en avant les mâles qui se battent et blabla alors que les femelles font exactement la même chose…