L’open access ne nuit pas à la qualité scientifique

cliquez sur l'image

cliquez sur l’image

Un billet sur le blog Alambic de la bibliothèque de Clermont-Ferrand, sur Hypotheses.org, pose la question « L’open access nuit-il à la qualité scientifique ? » (explication de ce qu’est l’open access dans ce billet). Le texte contient beaucoup de bonnes choses, mais je trouve qu’il complique un peu trop la question.

Donc en résumé, ma réponse est : non.

Quelques points davantage en détail :

  • Je suis éditeur chez PLOS One, le journal le plus souvent cité en exemple pour l’open access haut débit sans critères d’impact scientifique. On a zéro pression pour accepter plus de papiers, il n’y a aucun lien avec le fait que les auteurs payent : s’ils demandent à ne pas payer par manque de moyens, c’est toujours accordé, et l’éditeur n’est pas au courant.
  • J’en ai marre d’entendre parler des journaux « prédateurs » comme disqualifiant l’open access. Ca me rappelle les débuts du web, quand beaucoup de gens en France ne voulaient pas avoir de présence web (j’ai vécu cela en 1995-96) parce que le web, y avait de la pornographie et des sites de piratage. Oui sur le web y a ces trucs, et les éditeurs escrocs existent. Mais en quoi cela justifie-t-il de ne pas agir par ailleurs ? De ne pas avoir de page web, de ne pas éditer un bon journal open access ? C’est un non sequitur, utilisé à dessein par les tenants du status quo.
  • A propos des journaux prédateurs, merci de ne pas citer avec approbation le truc récent dans Science. Ce n’était pas une « étude », vu que c’était fait par un journaliste, sur commande, et que ça n’a pas été soumis ni expertisé. Le plan expérimental était faussé exprès, en ne soumettant aucun faux article à des revues sur abonnement, et en ciblant en priorité les éditeurs classés comme « prédateurs ». Et il n’y a aucune correction pour des facteurs confondants comme l’age des journaux, leur reconnaissance, leur nombre d’articles, etc. Donc des journaux de merde publient de la merde, what’s new ? A noter que des papiers générés par ordinateur ont été acceptés par des éditeurs réputés sérieux, sur abonnement (news dans Nature), et que Elsevier a publié de faux journaux sur abonnement (New Scientist).
  • Finalement, tout ce bruit sur les nouvelles revues et nouveaux éditeurs me paraît détourner de l’essentiel : il faudrait que les revues existantes, avec leur expertise et leur prestige, deviennent toutes open access. Alors on pourra arréter de discuter de ces bétises et permettre l’accès au savoir à tous. Sans utopie, c’est déjà économiquement viable.

Mise à jour : Question de Alexis Verger :

Donc après vérification en 2012, PLOS One (plus gros journal Open Access) accepte de ne pas faire payer si les auteurs justifient par écrit qu’ils n’ont pas d’argent pour ça. Sans conditions de pays, et sans demander de justificatif (ils font confiance). J’avais spécifiquement donné l’exemple d’une équipe suisse qui aurait les sous pour faire les expériences, mais pas pour payer la publication (à l’époque le Fonds national suisse pour la recherche refusait de payer ces frais), et ils avaient répondu qu’ils accepteraient dans un tel cas.