La saga des cellules souches continue à nous éclairer sur le fonctionnement de la science (à défaut de celui des cellules)

Cliquez sur l'image

Cliquez sur l’image

Bon alors l’histoire des cellules souches magiques, ça ne s’améliore pas (1ère partie, 2ème partie). Un des auteurs, Teru Wakayama, appelle l’article à être retiré, la 1ère auteure (Haruko Obokata, qui a fait les manips) demande à ce que sa thèse soit rétractée, que du bon. Et l’institut où les manips ont été en grande partie faites, le RIKEN au Japon, dit en conférence de presse qu’ils « ne peuvent pas conclure que les résultats sont totalement faux ». La confiance règne. Suivez tout en anglais sur l’excellent blog http://www.ipscell.com de @pknoepfler.

Dans ce nauvrage en temps réel, ce qui est intéressant à observer c’est la dynamique sociale du fonctionnement de la communauté scientifique. Quand on apprend la science, au niveau le plus simple, on apprend que les scientifiques sont très critiques, font très attention, remettent en cause leurs hypothèses dès que ça cloche, etc. Puis dans un deuxième temps, si on s’y intéresse, on apprend que non les scientifiques y en a des arrogants et des égoïstes, certains sont aveuglés par leurs préjugés et d’autres attachent leur carrière à une hypothèse et ne veulent plus en démordre, y a des vieux qui ne veulent pas des nouvelles méthodes et des jeunes qui répètent les erreurs passées par ignorance… Et si on arrête là, on a une bien piètre image de la science.

Le truc, c’est que tout ça c’est vrai, mais que ce qui importe c’est la manière dont fonctionne la communauté scientifique. La recherche scientifique, malgré les Géo Trouvetout populaires de la BD aux films et aux livres, est une oeuvre et une aventure collectives. Ce qui importe, ce n’est pas si un individu admet ou pas s’être trompé (bien que ça soit mieux s’il le fait), c’est si la communauté reconnaît l’erreur et agit en conséquence. A savoir, corrige les hypothèses et met en place de nouveaux tests.

Dans le cas des cellules souches, on a de tout :

  • Comme dit ci-dissus, Obokata n’a pas (pas encore ? à ma connaissance) déclaré l’étude non valide, mais elle déclare sa thèse sur le sujet non valide, une démarche très rare et relativement radicale.
  • Comme aussi dit, un des co-auteurs appelle les papiers à être rétractés, donc à admettre qu’ils ne rapportent pas l’évidence qu’ils disent rapporter.
  • Par contre l’auteur sénior, le chef de l’étude, Vacanti, maintient mordicus que c’est valide.
  • Le RIKEN, où travaille Obokata, a démarré une enquête interne, communique en permanence, et fait preuve d’une grande transparence (apparente au moins) dans sa recherche de la vérité. On peut craindre qu’ils ne visent à transformer Obokata en bouc émissaire (chèvre émissaire pour une femme ?) de cette histoire, mais au moins ils font quelque chose.
  • Harvard, où une partie du travail a été fait, se tait. Donc à notre connaissance ne fait pas d’enquête comme le RIKEN.
  • Certains chercheurs sur les cellules souches, comme détaillé précédemment, cherchent à établir collectivement la reproductibilité des expériences, et communiquent ouvertement sur les problèmes découverts.
  • Pendant ce temps, d’autres chercheurs bien établis dans le monde des cellules souches trouvent tout ce déballage de bien mauvais gout, et préféreraient que le linge sale soit lavé en famille. Ce qui pourrait bien entendu être l’occasion d’affirmer au monde qu’il n’est pas si sale que ça, et surtout éviter que l’on constate du linge sale dans d’autres labos je suppose.

Nous voyons donc en direct live la nature auto-correctrice de la science, et les résistances locales que cette auto-correction suscite toujours. Les pessimistes se focaliseront sur le verre à moitié vide : le silence d’Harvard, l’entêtement de Vacanti, les réticences de certains pontes à discuter de cette histoire. Les optimistes se focaliseront sur le verre à moitié plein : le démontage du papier et les nombreuses tentatives de reproduction des expériences en quelques semaines à peine, les discussions publiques jusque dans les pages de Nature et de certains journaux grand public (surtout au Japon), la réaction ouverte du RIKEN, la prudence aussi des critiques. Moi je vois le verre plus qu’à moitié plein : c’est important de ne pas se focaliser sur les faiblesses d’une personne ou une autre, mais de voir le fonctionnement communautaire. (Et aussi d’être très critique quand dans certains cas une communauté scientifique disfonctionne, mais c’est nettement plus rare.)

4 réponses à “La saga des cellules souches continue à nous éclairer sur le fonctionnement de la science (à défaut de celui des cellules)

  1. Ping : La saga des cellules souches continue à ...

  2. J’ajouterai deux enseignements pour ma part (qui ont peut être en partie déjà été abordés dans d’autres billets):
    – il est intéressant de voir comment les différents réseaux sociaux et outils disponibles (blogs, Twitter, PubPeer,…) permettent d’accélérer le processus d’amendement des connaissances publiées. En quelques semaines/mois on sait déjà qu’il y a de fortes chances que l’étude soit invalidée. Ce processus aurait pris bien plus de temps il y a quelques années/décennies. Et cela s’applique à d’autres études aussi (bactéries à l’arsenic, Séralini,…).
    – Une différence par rapport à d’autres controverses de la sorte est que différents auteurs font entendre leur voix. Dans le cas des bactéries à l’arsenic par exemple seule la première auteur s’était défendue becs et ongles publiquement. Les autres auteurs et institution de tutelle avaient gardé le silence (mais pas pour l’annonce publique en grande pompe). Dans ce cas ci il est intéressant de voir que les auteurs « secondaires » qui étaient associés à ce papier prometteur fassent aussi preuve d’esprit critique et communiquent. Ils ne se contentent pas d’amasser la gloire si tout va bien et de se cacher et fuir leur responsabilité en cas d’échec. Ce comportement change de ce qui a pu s’observer dans certains autres cas.

  3. Ping : La saga des cellules souches continue à ...

  4. Ping : Quelques poissons d’avril scientifiques | Tout se passe comme si