Notes sur ma semaine en sciences 7

cliquez sur l'image, juste parce que j'aime bien ce blog de StripSciences

cliquez sur l’image, juste parce que j’aime bien ce blog de StripSciences

  • On a fété à Lausanne cette semaine les 15 ans de l’Institut suisse de bioinformatique (SIB). Cet institut permet de fédérer les bioinformaticiens dans toutes les universités suisses, de maintenir des resources bioinformatiques de manière pérenne, notamment des bases de données, et d’assurer la formation continue à la bioinformatique. L’histoire du SIB est intéressante, puisque c’est parti d’une crise : SwissProt, la base de données de référence sur les protéines, n’était plus soutenue par le Fonds national suisse pour la science, parce que bin ça n’est pas de la recherche. L’annonce de la fermeture de Swissprot avait succité un tel tollé qu’une solution a été trouvée, et le SIB est né, avec un engagement vers la maintenance à long terme de resources utiles à tout le monde
  • D’ailleurs cette année c’est aussi les 20 ans d’ExPASy, qui a été la première page web de biologie au monde, et est maintenant le portail des resources bioinformatiques du SIB.
  • Un article intéressant en ce qui concerne les efforts jamais finis pour comprendre le génome humain, pertinent aussi à la tension qui existe entre génomique fonctionnelle (si je le détecte, c’est important ! d’ailleurs, cancer) et génomique évolutive (si ça n’est pas conservé, ça n’est pas important ! d’ailleurs, génome de l’onion). Les gènes eucaryotes (y compris animaux et plantes) sont en morceaux (exons) dans le génome, lesquels sont ensuite assemblés au niveau du transcrit (ARN) et traduits en protéines. Certains exons ne sont pas toujours utilisés, et la plupart des gènes ont ainsi de nombreux transcrits alternatifs. Depuis que la fréquence élevée de la transcription alternative a été découverte, il y a débat entre ceux qui pensent que c’est pour l’essentiel fonctionnel, ainsi un gène peut produire de nombreuses protéines, et ceux qui pensent que c’est pour l’essentiel des erreurs du système moléculaire (voir rôle du hasard). En faveur du second point de vue, les importantes différences entre espèces même proches, plutôt en faveur de mécanismes aléatoires. Dans ce papier récent (PNAS, libre d’accès) les auteurs ont comparé par bioinformatique les transcrits alternatifs de 6 espèces de primates (dont l’humain), et ont découvert que la plupart se comportent comme attendu au hasard, mais qu’une importante minorité de 1643 gènes a des exons utilisés de manière très spécifique dans certains organes de manière conservée entre primates, et a donc probablement une fonction spécifique. J’aime beaucoup quand on va au-delà du débat fonctionnel contre neutre, et que l’on quantifie la part de chacun. Bien sur, ce résultat est provisoire, étant basé sur des données limitées à 6 primates et 5 organes.
  • D’après le blog collectif anti-créationiste Panda’s Thumb, deux petites companies de chimie viennent d’être condamnées pour avoir montré qu’un plastique sans bisphénol-A, donc vendu comme une alternative saine et sans risques, présente en fait des risques similaires au BPA en ce qui concerne la disruption hormonale. Ceci est très très dangereux : il doit être possible de tester un produit qui est en vente et de rendre public ses résultats, même si et surtout si ils montrent un danger potentiel du produit.
  • Le Fonds national suisse pour la science vient de publier la version grand public et en français de son rapport sur les OGM: PDF à télécharger ; Pôle national de recherche ayant conduit au rapport.
  • Super billet de blog par Ewan Birney (coordonateur de la deuxième phase d’ENCODE, co-directeur de l’European bioinformatics institute) sur ce qui fait la dynamique de San Francisco et la Silicon Valley, et comment cela peut être reproduit ailleurs. Il insiste sur un facteur essentiel : d’excellentes universités de recherche ! Plusieurs !

Une réponse à “Notes sur ma semaine en sciences 7

  1. Ping : Notes sur ma semaine en sciences 7 | C@f&eacute...